« Toujours avec le corps et l’âme »

Coesfeld. En fait, Berthold Kleideiter aurait pu prendre sa retraite il y a plus d’un an. Mais il y a quelque temps, lors d’une visite au poste de police de Coesfeld, le ministre de l’Intérieur de NRW Herbert Reul a frappé à sa porte et a demandé au policier de district au cours de la conversation ce qu’il avait à faire pour le convaincre de rester plus longtemps. La réponse de Berthold Kleideiter était simple : « Si je peux rester à ma place, je resterai. » Auparavant, il n’avait même pas pensé à cette option. Par Jessica Demmer
Mais maintenant, 15 mois plus tard, le temps est venu. L’homme, aujourd’hui âgé de 63 ans, prendra sa retraite mardi après près de 47 ans au sein de la police, ce qui en fait actuellement le policier qui a servi le plus longtemps dans le comté. « J’ai toujours aimé être policier jusqu’au dernier jour , dit-il. « ‘ai juste apprécié le travail et il était totalement varié. » Au cours des huit dernières années, il a notamment été l’un des trois à Coesfeld. Ça n’a pas été ennuyeux. « ‘était la chose la plus amusante que j’ai apprécié dans tout ce temps. J’ai donné une formation à vélo dans les jardins d’enfants sur le chemin de l’école et dans les écoles. Nous avons sécurisé les itinéraires scolaires, exécuté des mandats d’arrêt et maintenu des contacts avec les citoyens. Il aimait toujours travailler avec les enfants. « eaucoup de rendez-vous ont été annulés en raison de Corona. Je suis vraiment désolé à ce sujet.

Interrogé sur les stations individuelles de son service, on devrait plutôt demander au legdener natif ce qu’il n’a pas fait. La liste serait plus courte parce que: « J’ai toujours eu du plaisir avec le nouveau et ne voulait pas s’arrêter. » Il ne l’est certainement pas. Service de patrouille, service de la circulation, cyclistes, enquêteurs civils, groupe de travail sur la drogue, commis au bureau du commissaire au crime, formateurs en gestion du stress et communication pour les policiers, agents de garde, chefs de groupe de service, formateurs de tir et d’opérations, coopération au comité d’examen, protection des victimes et, plus récemment, police de district. « ‘ai eu de la chance, rien de grave ne m’est jamais arrivé dans tout ce temps. » Même si c’était un peu cassant parfois. Mais la communication sur un pied d’égalité, l’humanité et le respect ont toujours été importants pour lui. « Avec ces qualités et ces bon sens, de nombreux conflits pourraient être résolus. » Parlant de respect: « Il a en effet perdu du poids envers nous les fonctionnaires ces dernières années. Ce n’est pas si facile pour les nouveaux collègues de nos jours », dit-il candidement. « ais j’ai toujours été là avec mon cœur et mon âme. »

Berthold Kleideiter a beaucoup d’histoires dans son répertoire, par exemple: « Quand tout a été enfermé pour un grand marathon à Coesfeld il ya quelques années, une femme lourdement enceinte voulait aller à l’hôpital. Mais je n’ai pas fini. J’ai rapidement mis son mari sur la banquette arrière et j’ai traversé les barrières moi-même. Toujours avec le chapeau de police dans ma main pour que j’ai été laissé passer. Il est également passé par des espaces verts. Plus tard, les parents l’ont remercié.

Même à la retraite, Berthold Kleideiter ne s’ennuiera pas. « Je suis arbitre dans ma ville natale de Reken, je joue dans une fanfare et je suis chef d’un département de course à pied. Je suis également marié et j’ai quatre enfants et plusieurs petits-enfants. J’ai donc assez à faire », dit-il en faisant un clin d’œil.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *