Peur d’emménager après les vacances

Coesfeld. Hier, ils ont été plutôt stupéfaits, les membres du collège des enseignants de l’école Martin Luther et l’open all-day primary school. Cette semaine, ils voulaient en fait tout préparer pour que les enfants s’installent après les vacances dans le nouveau bâtiment de Franz-Darpe-Straße (ex-Jakobi-Schule). Une interdiction de vacances avait été imposée longtemps à l’avance. Tout d’abord, après consultation de la ville, ils devaient venir dès lundi. Puis hier. Mais rien ne s’est passé ici non plus: « Nous ne pouvions pas concéder quoi que ce soit comme prévu », a déclaré le directeur Ute Hoppe à AZ. Elle a dû renvoyer les 20 collègues chez eux sans avoir rien fait, parce qu’aucune pièce n’avait été remplie ou du moins nettoyée au point où quelque chose pouvait être fait. Câbles suspendus au plafond. Il y avait encore des trous dans les murs dans les couloirs. Les installations sanitaires n’étaient pas encore fonctionnelles. Dans de nombreuses pièces, les artisans étaient encore actifs, martelant, polissant, peignant, posant des câbles. Des couches de poussière gisaient sur les meubles nouvellement livrés. La saleté, le matériel et les outils partout. Entre les deux: en partie même pas couvert les nouveaux meubles et les boîtes mobiles. Chaos pur – environ six semaines avant le début prévu. Par Detlef Scherle
Kerstin Bauerdick, du Conseil des enseignants, a déclaré qu’ils avaient tous délibérément gardé la première semaine des vacances gratuites. Ils ne savaient pas directement de la ville sur le retard initial, qui devrait commencer lundi, mais le mercredi, mais « seulement sur demande », at-elle déploré. Le fait qu’ils ne pouvaient toujours rien faire maintenant est à l’origine de la frustration et de l’incompréhension. « Ce qui m’inquiète, c’est que l’horaire ne peut pas être respecté et que nous ne pouvons pas recevoir les étudiants dans un bâtiment entièrement équipé », a-t-elle dit. Il était important pour elle de souligner: « Nous avons tout mis à disposition à temps. Ce n’est pas à nous.

Maintenant, ils doivent revenir le 3 août. Ensuite, il ya dix jours jusqu’à l’ouverture – ils ont besoin au moins. Le conseiller Thomas Backes, qui s’est pris en photo sur le terrain hier soir, croit que c’est clair : « Cette date n’est pas en question », a-t-il dit. C’était « une exigence ». Il a admis que l’école n’était pas vraiment prête hier à permettre la compensation, du moins dans certaines salles. « Le délai n’a pas été respecté », a-t-il dit. Dans les derniers mètres, a dit Backes, tout ne s’est pas passé comme prévu. Pourquoi – il ne pouvait pas dire exactement. C’est tellement parce que Corona a joué un rôle. L’électricien avait d’abord retiré son peuple. Et puis un accident mortel s’est produit dans le sous-sol: Moniereisen ont été coupés lors de la flexion des fentes pour les lignes électriques. Tous les plafonds ont dû être relevés à nouveau. Par conséquent, l’aile administrative avec la chambre de l’enseignant et cie n’est pas encore terminée. Bien qu’il semble sauvage, « seul le travail restant doit être fait », il suppose que le début de l’école après les vacances n’est pas en danger: « Cela doit fonctionner. Je n’ai pas de plan B.

Un retour à l’ancien bâtiment de l’école au Köbbinghof est au moins exclu – cela a déjà été complètement éliminé. De plus, une garderie sera installée dans le pavillon.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *